Se connecter

SNP

Société Nautique du Perreux, Club d'Aviron depuis 1903

Coup de projecteur

Pour toute l'association

Coup de projecteur

Donner la parole à nos adhérents, apprendre à se connaître, mettre en valeur vos talents, vos découvertes ...
cette rubrique met en lumière nos adhérents.

Ramons à l'autre bout du monde - Japon
Fabian Tenente - Octobre 2018

    

Grâce à mon métier de Stewart Long courrier que j’exerce depuis quelques années, j’ai l’opportunité, en plus des visites culturelles à l'étranger, de visiter des clubs d’aviron et de ramer à travers le globe quand l’occasion se présente. J'ai déjà visité plusieurs clubs : aux US, au Pérou, en Argentine, au Chili et noué une belle amitié avec les Club de Rio, Brasilia et Sao Paulo au Brésil.

Ce mois-ci, dans le cadre de mon projet personnel R.A.W. (Rowing Around the World),  j'ai fait escale au japon, plus précisément à Osaka. Le club que j’ai contacté fait partie de l'Université d'Osaka. Comme à chaque fois, toute une préparation est nécessaire, je commence par rechercher des clubs de la ville où je vais dormir. Cette fois ci pas évident, tous les sites sont en Japonais ! Heureusement, j’ai un contact grâce à Joël Rivet qui l'an dernier sur les régates en Slovénie, a fait connaissance avec un rameur vétéran, Monsieur Moriwaki.

Tout de suite après notre premier contact, il accepte d'intervenir pour moi et me faire visiter ce club. Il faut savoir que les clubs universitaires sont toujours un peu fermés à la visite. Monsieur Moriwaki décide de venir me chercher à mon hôtel à Tokyo. Il a 75 ans et l’allure d'un jeune homme ! Nous nous dirigeons vers le club ; il a l'air très content et moi aussi ! L’entraînement des rameurs ayant lieu très tôt le matin, les rameurs dorment la veille sur place et Monsieur Moriwaki s'excuse avant notre arrivée de la possibilité que la chambre soit « désordonnée ».

Arrivés au club, il me raconte un peu l’histoire du club qu’il connaît bien puisqu’il était étudiant dans cette université il y a 50 ans. J'admire leurs médailles, les tableaux et surtout l’entretien du club. Au Japon les rameurs vétérans sont très impliqués dans leur club, ils contribuent financièrement, participent à l’entretien et transmettent leur savoir. Puis nous rencontrons les jeunes rameurs, qui sont tous très enthousiastes et impatients de ma venue, ils ne reçoivent en effet pas beaucoup de visiteurs. Nous faisons la visite de ce magnifique club, et, je comprends les craintes de Monsieur Moriwaki, la chambre des étudiants est un gros bordel ! Bon, une chambre de garçons quoi ;-)

Nous poursuivons la visite par le garage à bateaux, wouah !!! Tout est bien rangé, à la japonaise, rien ne dépasse, tout est impeccable, on pourrait manger sur place. Mes hôtes me proposent alors de faire une sortie en  4 de pointe avec barreur sur un bateau flambant neuf, rouge, de la marque japonaise Kuwano. La sortie s’annonce mémorable, entre l'anglais que Monsieur Moriwaki ne parle pas très bien et le japonais que je ne maîtrise pas du tout… finalement nous réussissons à nous comprendre et ramer ensemble, s'arrêter etc., c’était plutôt très fun.

Nous faisons quelques tours sur la rivière Yodo, Monsieur Moriwaki alternant entre la direction et les photos ! Le trafic sur la rivière Yodo ressemble un peu à celui de la Marne, on y croise des péniches, des bateaux touristiques, il faut maitriser son embarcation ! Puis retour au club pour une pause déjeuner. On me fait déguster des plats japonais délicieux dans une bento box mais la quantité me laisse un petit creux ;-) Pas pour eux !

Ensuite, direction le bassin d'entraînement des sports nautiques. Nous partons en métro et pendant le trajet, nous sommes tellement plongés dans toutes les photos qu’ils me montrent, qui couvrent quand même plusieurs années voire décennies, nous ratons notre station à plusieurs reprises ! Une fois à la base nautique, j’en suis encore une fois bouche bée ! Le garage à bateaux est magnifique, avec plusieurs étages et assistance robotique pour descendre les bateaux. J’en ai même une larme à l’œil ;-)

On me propose une sortie en skiff mais le temps commence à s’obscurcir, des nuages gris apparaissent... À peine le skiff à l'eau, le vent se lève. Je traverse la rivière pour prendre la grande ligne droite de 2 km, impossible. Ça souffle très fort, des vagues commencent à inonder le bateau et de l'autre côté on me demande de renter ! J'ai mis une bonne quinzaine de minutes à pouvoir regagner le ponton et sans passer à l'eau. Ouf !!
 

Repérage cinématrographique et coaching en Autriche
Mika'Ela Fisher - Juillet 2018

 

C'est dans le cadre de la préparation de mon prochain long métrage (l'air de la montagne) que je me suis rendue en Autriche au club d'aviron Salzburger Ruderklub MÖVE. Helmut Nocker, avec qui je suis en contact depuis environ 3 ans et qui fut président de ce club d'aviron, m'a très gentiment invité pour faire mes repérages avec le cadreur. Certaines scènes de mon film se dérouleront en effet en aviron sur le plan d'eau.
A cette occasion, j'ai eu le plaisir de ramer en double avec Michael Saller, Champion du monde Junior. Ce fut aussi l'opportunité pour moi d'être coachée par l'entraîneur national d'Autriche en Catégorie A, Docteur Horst Scheibl ! Un fabuleux moment, dans un cadre extraordinaire comme vous pourrez le voir sur la vidéo !
Je suis impatiente d'y retourner l'année prochaine, tout autant pour mon projet professionnel que pour ramer dans cet incroyable environnement.

Bio express
Mika'ela Fisher est d'origine allemande, elle est née dans la région de Bavière à proximité de Munich. C'est une artiste multi multidisciplinaire : actrice (elle a notamment joué dans le film ''Ne le dis à personne'', de Guillaume Canet) mais aussi, réalisatrice, scénariste et productrice. Elle est également mannequin et diplômée Maître tailleur. Depuis 2017 elle enseigne à l'École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs comme Maître tailleur et Modéliste.
Mika'Ela ne se contente pas d'être une artiste multidisciplinaire, c'est aussi une sportive accomplie et surtout polyvalente qui se passionne pour l'équitation, l'escrime et l'aviron, bien sûr, qu'elle pratique assidûment depuis plusieurs années !

Pour en savoir plus sur Mika'Ela, visitez son site

 

Ramons à l'autre bout du monde - Nouvelle Zélande
Guy Boursin - Février 2018

 

De passage à Auckland samedi 17 février, l'idée m'est venue d'aller voir à 8h, le club prestigieux WEST END ROWING CLUB fondé en 1884 et situé à 12km de la ville.
Un quatre de couple terminait sa sortie d'1h30, l'été, il fait 30 degrés à 10h et les sorties se font à 6h30 du matin.
Après des présentations avec l'équipage et leur accueil des plus chaleureux, Richard Stephens à la nage me proposa une sortie en 2 de couple, un bateau tout neuf en carbone, de fabrication néozélandaise. Stephens m'a promis de venir ramer à la SNP si l'occasion lui est donnée de venir à Paris.

 

Nathalie Cannistraro
Octobre 2017

La frontière entre le sport et les arts est souvent ténue, Même rigueur, même implication, mêmes gestes répétés cent fois pour parfaire sa technique. C'est sans doute la raison pour laquelle nous comptons plusieurs artistes parmi nous. Nous débutons cette série avec Nathalie Cannistraro.
Quand elle troque ses avirons, c’est pour l'archet ou le chant. La musique est sa grande passion. Après des études en violon moderne, Nathalie approfondit son approche musicale en allant explorer les styles Classique, Baroque puis Renaissance. Nathalie a également appris le chant auprès de professeurs renommés, puis s'est perfectionnée vers le chant Renaissance.
Elle se produit régulièrement, que ce soit avec l'ensemble Calisté qui explore le répertoire entre le milieu du XVIe et le  début du XVIIe, ou avec l’Orchestre de la Loge (concert à l’auditorium du Louvre, Festival de Radio France…). Leur dernier CD a reçu de multiples récompenses (Choc de Classica par ex). En parallèle, Nathalie exerce le métier de professeur de violon et de culture musicale au Conservatoire de Chilly-Mazarin.
Retrouvez toute l'actualité de Nathalie et les dates de ses prochains concerts sur son site.